?

Log in

No account? Create an account

criseivoirienne


Crise Ivoirienne

ou comment l'ONU prend la démocratie en otage


Previous Entry Share Next Entry
Vers une nouvelle résolution onusienne de pacification ?
criseivoirienne

Alors que la Côte d’Ivoire quitte doucement la scène médiatique française malgré les tueries qui continuent d’ensanglanter Abidjan, le bon téléspectateur abruti au JT de TF1 pense que la France a une fois de plus fait son devoir, en aidant un gentil démocrate à accéder au pouvoir tenu par un méchant dictateur. Pourtant, un discret reportage de l’AFP préfigure un retour au premier plan du dossier ivoirien :


Ce reportage, bien obséquieux envers le caporal chef d’un escadron de la mort déjà glorifié par le journal Le Monde, a été relayé par quelques journaux dont la tribune de Genève. On y apprend donc que des bandes armées ont fait main basse sur certains quartiers d’Abidjan, et que Ouattara devrait négocier son arrivée au pouvoir avec les chefs de guerre dont ce fameux IB. Est-ce ça la glorieuse démocratie que la France venait installer en Côte d’Ivoire ? Mieux encore, selon La Voix du Peuple Gabonais qui n’est pas avare en rumeurs sur la situation politico-militaire ivoirienne, le caporal IB se serait même auto-proclamé président de la république dans son fief d’Abobo sur fond de rivalités intestines entre Ouattara et ses divers chefs de guerre ! Ajoutez à cela des combats avec les patriotes de Yopougon et même des combats fratricides entre les différentes factions des forces dites républicaines de Ouattara, composées de mercenaires qui auraient été payés avec de faux billets, et vous obtenez un cocktail explosif qui explique l’absence de Ouattara sur le terrain.

Cette situation délétère justifie le terme de pacification employé par Ouattara, comme le souligne l’excellent article de Théophile Kouamouo :

Dans son dernier discours à la Nation, Alassane Dramane Ouattara a évoqué la "pacification" de la Côte d'Ivoire, qui devrait intervenir dans les deux mois qui viennent. Ce concept de "pacification", de nature fondamentalement militaire, me semble plus juste pour décrire la situation actuelle du pays d'Houphouët-Boigny que celui, menteur, de réconciliation. […]

La France a misé sur un cheval qui n'a pas que des atouts. La principale faiblesse d'Alassane Ouattara est sa drôle d'armée, tout aussi incompétente que la légion improvisée qui sert de prétexte à l'intervention de l'OTAN en Libye. Spécialisés depuis 2002 dans les pillages et la répression des plus faibles, les rebelles ivoiriens ont conquis Abidjan et se paient sur le dos de la bête. Ce qui oblige et obligera l'ex et néo colonisateur à organiser des patrouilles mixtes en coordination avec des caporaux hâtivement transformés en officiers, et passibles de poursuites pour crimes contre l'humanité.[…]

On peut, par ailleurs, s'interroger sur les moyens que la France mettra à la disposition de son "gouverneur à la peau noire" en Côte d'Ivoire. La crise du crédit qui enserre l'Occident n'est pas un bon signe. En 2011, le FMI ne peut pas tout. L'inévitable tournure dictatoriale du régime Ouattara et les massacres de masse de ses hordes font déjà de lui un partenaire encombrant.

Afin de parvenir à ses fins colonisatrices, la France va devoir mettre en œuvre la pacification que les forces dites républicaines de Ouattara sont incapables de mener à bien, mais qui sort largement du cadre de la résolution 1975 contre les armes lourdes. Ce reportage de l’AFP qui, par définition, n’est pas conçu pour informer mais pour préparer l’opinion française, pourrait être un élément du substrat médiatique nécessaire à la mise au point d’une nouvelle résolution de l’ONU autorisant une nouvelle intervention de l’armée française pour « démanteler tout groupe paramilitaire susceptible de menacer la "démocratie" en Côte d’Ivoire ». Bien entendu, il ne s’agirait pas de pacifier Abobo où règne IB, assez complice de la France pour être l’objet de ce reportage, mais plutôt de pacifier Yopougon où la force française Licorne ne parviendrait pas à ses fins face à la détermination des patriotes irascibles…

Il faut d’ores et déjà s’opposer à une montée en puissance de l’armée française, qui mènera à de nouveaux massacres des civils !

Le bilan des bombardements français n'a toujours pas été fait, ni par l'ONU, ni par Ouattara, mais on sait qu'ils ont occasionné plusieurs milliers de morts, dont plus de 2300 civils tués au cours de la première nuit...

Tags: ,