criseivoirienne


Crise Ivoirienne

ou comment l'ONU prend la démocratie en otage


Previous Entry Share Next Entry
La vie de Laurent Gbagbo est en danger !
criseivoirienne
Qu'est-ce que cache le l'article du nouveau réveil intitulé "Gbagbo a tenté de se suicider samedi à Korhogo" ?

Selon ce journal pro-Ouattara:
Des informations en provenance de Korhogo font état de ce que l`ex-chef de l`Etat, arrêté et assigné à résidence surveillée dans cette ville du Nord de la Côte d`Ivoire, aurait tenté de mettre fin à ses jours dans la matinée du 23 avril, la veille du jour de la célébration de la Pâques, en se servant de ses propres vêtements. Ce sont ses geôliers (casques bleus) qui l`auraient retrouvé inanimé dans sa chambre. Un médecin appelé d`urgence aurait réussi à le sauver. Ses jours ne seraient pas en danger.

Et ce journal renchéri sur le supposé niveau de désespoir du président Gbagbo qui aurait tenté de mettre fin à ses jours "avant le jour même où les chrétiens du monde entier célébraient la résurrection du Christ".
 

Le président Gbagbo arrive dignement à Korhogo

Pour qui connaît la force de caractère du président Gbagbo et son engagement spirituel, cette nouvelle est pour le moins surprenante, pour ne pas dire franchement improbable. Cet article signé Paul Koudou, le pseudonyme utilisé par ce journal quand il fait la désinformation dont il est coutumier, ressemble à une préparation de l’opinion à la mort du président Gbagbo, c'est-à-dire son assassinat qui sera maquillé en suicide. On connait la propension de Ouattara et ses sbires à mettre en œuvre le « suicide » de leurs adversaires : après avoir tiré une balle dans la mâchoire de Désiré Tagro, dont il est décédé, ses tueurs imposent la version de son suicide dans les médias acquis à leur cause.

Si le président Gbagbo a effectivement été trouvé inanimé samedi matin par les casques bleus, cela indique d’une part qu’il a sans doute été victime d’exactions pendant la nuit. Cela signifie d’autre part que l’ONU ne protège pas le président Gbagbo, mais qu’il est laissé aux mains des tortionnaires FRCI. Tant que le président Gbagbo n’a pas été libéré, l’ONU qui est responsable de sa sécurité doit isoler Laurent Gbagbo des milices FRCI pro-Ouattara, dont la brutalité est aujourd’hui notoire. Il suffira de voir le traitement infligé à Paul Dakoury Tabley, gouverneur de la BCEAO, au motif qu’il a versé le salaire des fonctionnaires ivoiriens jusqu’au mois de février au grand dam de Ouattara.

Il est par conséquent urgent d’agir pour libérer Laurent Gbagbo et ses proches, en signant la pétition pour sa libération immédiate et en faisant pression sur le sénat américain.
Tags:

?

Log in

No account? Create an account